Un cycle menstruel zéro déchet !

En moyenne, une femme utilisera 15 000 tampons ou serviettes hygiénique au cours de sa vie.  À l’échelle mondiale, cela représente une consommation de 45 millions de serviettes hygiénique au cours d’une seule année. En plus de représenter un danger pour l’environnement, ces protections jetables présentent aussi un risque pour votre santé, et pourtant des solutions plus responsables existent !

Protections hygiéniques jetables : des produits chimiques et beaucoup d’eau

Ce n’est que depuis les années 1920 que les protections hygiéniques jetables ont été commercialisées sur le marché. Avant ça, c’était chacune pour soi ! Les techniques variaient en fonction de l’époque et de la culture.  Et même aujourd’hui dans certains pays l’accès à des protections jetables est parfois presque impossible.

Les procédés de fabrication des protections sanitaires jetables, incluant l’applicateur et l’emballage, sont très polluants et utilisent beaucoup d’eau potable et des produits chimiques (chlore, parfums, liants, plastiques, résines, etc.). Ces produits sont donc en contact direct avec une partie très sensible de notre corps et peuvent être la cause d’irritations, de dessèchements et autres symptômes d’une flore vaginale troublée.

Des expériences sur les tampons démontrent un détachement des fibres de rayonne après quelques heures plongées dans l’eau ; c’est p ourquoi de plus en plus de femme se battent pour obliger les fabricants à dévoiler ce qu’il y a dans leurs protections, comme on pouvait le lire dans un article de Juillet 2017 du magasine Protégez-Vous.

Les protections sanitaires jetables vont mettre plus de 500 ans à se décomposer complètement. De plus un grand nombre de ces produits vont être jetés dans les toilettes. Un véritable fléau pour la station d’épuration des eaux usées… et des cours d’eau.

Une alternative écologique, sanitaire et économique : les produits hygiéniques lavables

Il existe toutefois des alternatives aux serviettes/tampons à usage unique : les serviettes lavables et la coupe menstruelle. La réutilisation de ces objets permet de réduire nos déchets à la source, au même titre que les couches lavables pour bébé ou la tasse à café réutilisable, en plus d’économiser des frais à long terme et de s’assurer de l’impact sur notre santé.

La serviette lavable

Basée sur le même principe que les couches pour bébés, la serviette hygiénique lavable est composée d’une barrière étanche et d’une serviette absorbante en coton, bambou ou chanvre. Elle est confortable à porter et se lave sans soin particulier ou presque. Vous les entreposez dans un petit sac entre les lavages et pouvez les incorporer à votre lessive régulière. Il faut simplement éviter les assouplisseurs qui nuisent à l’absorption.

Exemple : les serviettes Öko créations crées et fabriquées au Québec, à Boisbriand.

La culotte menstruelle

Il existe aussi la version petite culotte, comme celles créées par une compagnie québécoise : Mme Lovary. La culotte est elle même renforcée contre les fuites, et dans le même principe que les serviettes lavables, des serviettes amovibles s’insèrent dans la culotte.

 

La coupe menstruelle

Le fonctionnement est simple, c’est une coupe de silicone que l’on insère et qui récolte les fluides pour une période de douze heures. Déjà, il faut savoir qu’il faut être alaise avec son corps et les fluides corporels. Les avantages sont nombreux ; elle se trouve facilement dans les pharmacies, réduis les inconforts et irritations et éliminent le risque de choc toxique. La coupe n’a pas besoin d’être vidée à la même fréquence que les tampons traditionnels, ce qui nous donne une petite pause du matin au soir.

Osez devenir une femme moderne !

Les femmes expérimentent leurs premières règles à la puberté, et ce, jusqu’à la ménopause, soit une période d’une quarantaine d’années, ainsi les femmes  développent certaines astuces  et habitudes, qui sont plus difficiles à modifier.

Oser faire le changement n’est pas toujours facile! Les solutions d’hygiène féminine durables ne sont pas réservées aux «Hippies», c’est un produit pour la femme moderne.

 


 

Vous souhaitez faire la transition ?

Nous offrons un programme de subvention pour l’achat de couches lavables et produits hygiéniques durables, grâce à la contribution financière de l’Arrondissement RDP-PAT.

Cela corresponds à une prise en charge de 50% du coût d’achats jusqu’à hauteur de 50$ par citoyennes de l’arrondissement.

Un commentaire sur “Un cycle menstruel zéro déchet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *