Résolution 2019 : Manger moins de viande


Au début du mois de novembre 2018, Le Pacte pour la transition était largement diffusé dans les médias ; les artistes québécois invitaient les gens à prendre part à ce mouvement pour une transition écologique et à s’y en engager en signant Le Pacte.

En signant Le Pacte, vous avez pris l’engagement solennel d’agir immédiatement pour réduire votre empreinte et d’exiger des pouvoirs publics qu’ils agissent de façon responsable face à l’urgence.  ‘’ De la parole aux actes ‘’ est mis en évidence sur le site internet www.lepacte.ca . Dans les jours suivants, j’ai analysé mes habitudes de consommation pour trouver ce que je pouvais faire de plus pour la transition écologique : à la maison on composte, on cultive des légumes biologiques dans notre potager l’été, on vise le zéro déchet en utilisant des articles réutilisables, j’utilise la coupe menstruelle, j’achète la majorité de mes vêtements dans les friperies et plein d’autres petits gestes quotidiens. La réponse m’est apparue comme une illumination quand je suis tombée sur une courte vidéo réalisée par prestigieux quotidien Le Monde « 4 minutes pour comprendre le vrai poids de la viande sur l’environnement ». La production de viande est toujours en hausse engendrant davantage d’usage d’eau, de déforestation, de contamination des sols,  de disparition d’espèces et de production de gaz à effet de serre.

 « À l’échelle mondiale, la production d’aliments a été responsable de l’émission de 5,2 milliards de tonnes de GES en 2010, selon un article paru en octobre dans la publication scientifique Nature. Ce sont les produits animaux qui génèrent l’écrasante majorité de ces GES, soit de 72 % à 78 % des émissions agricoles totales. » MARIE ALLARD, LaPresse, 29 novembre 2018.

La réduction de ma consommation de viande et de produits d’origine animale m’est alors apparue comme la suite logique de tous les petits gestes quotidiens que je fais pour réduire mon empreinte écologique.

En somme, Il n’est pas facile de changer des habitudes aussi bien ancrées en nous. Vous pouvez commencer à petits pas, en consommant un à deux repas végétariens par semaine afin de développer de nouvelles compétences culinaires et des nouveaux goûts. Cela aura déjà un impact positif sur l’environnement. Il serait faux de croire que vous devrez vous priver de vos plats préférés ; la plupart des repas peuvent être réalisés sans produits animaliers et souvent pour moins cher. Mes recettes préférées sont les pâtés chinois aux lentilles et les falafels de pois chiches

Bonne découverte culinaire !

Les commentaires sont fermés.