Projet Zéro Styromousse

Par Jessica Grenier, agente de projet.

Chaque jour, nous consommons des contenants et emballages de toute sorte. Nous en retrouvons à l’épicerie, lors de l’achat de repas pour emporter et dans les magasins. Le polystyrène est un emballage courant surtout pour les viandes à l’épicerie, les contenants pour emporter et la protection antichoc pour certains produits. Il est donc utilisé couramment, mais est un produit qui est nocif pour l’environnement. Il est une source de polluant à toutes les phases de son cycle de vie, soit de l’extraction des ressources premières, en passant par la production, jusqu’à son enfouissement. Malheureusement, ce produit ne va pas dans le bac de recyclage.

Crédit photo : ÉcoPAP

Contexte

Dans le cas qui nous intéresse, une activité de sensibilisation a été mise sur pied à Sainte-Germaine-Cousin (SGC), résidence pour ainés de la Corporation Mainbourg. La consommation de polystyrène était courante lors des repas fournis à l’heure du dîner. Plusieurs résidents demandaient des plats pour emporter, plutôt que se présenter avec leurs plats réutilisables. Cette activité avait alors pour but de sensibiliser les locataires à réduire leur consommation quotidienne, mais aussi aux effets sur l’environnement de la consommation de polystyrène. C’est pourquoi la Corporation Mainbourg a fait appel à l’Éco de la Pointe-aux-Prairies pour mettre en place une activité de sensibilisation. Les deux parties ayant des objectifs similaires, soit la réduction à la source de la consommation, en gardant en tête l’approche des 3RV. L’activité s’est articulée autour de trois approches permettant une bonne intégration des informations en modifiant le type de communication.

Les approches

Tout d’abord, une prise de parole dans la salle à manger a permis de présenter des informations sommaires sur le polystyrène et ses effets. Cette approche a permis de transmettre des informations aux résidents plus auditifs que visuels. Toutefois, un dépliant a été distribué sur chaque table à manger pour permettre aux locataires d’assimiler, tranquillement lors des repas, les informations mentionnées verbalement. De plus, le dépliant comportait des informations plus spécifiques en ce qui concerne le contenant.

Ensuite, un comité de bénévoles a été constitué pour permettre les interventions auprès des résidents. Ces bénévoles transmettaient des informations sur les avantages d’apporter des plats réutilisables et tentaient d’inciter les résidents à consommer moins de contenants de polystyrène. Ils apportaient généralement des points positifs qui ont permis de faire changer les habitudes de plusieurs résidents.

De plus, la cuisine a apporté des modifications significatives à leurs services de repas en salle à manger. En effet, deux tables ont été installées pour faciliter le transfert des aliments entre l’assiette de porcelaine et les plats réutilisables. Le service a aussi été modifié par la diminution de plats pour emporter prêts à l’avance qui était un incitatif inconscient à consommer ce type de contenant.

Pour finir, une présentation visuelle a été mise en place pour permettre d’attirer l’attention des résidents sur la quantité de contenants de polystyrène consommés. Elle a permis de frapper l’imaginaire des locataires et d’induire plus facilement un changement dans leurs habitudes.

Conclusion

Cette activité a permis de réduire de moitié la consommation de contenants en polystyrène. Il est important aussi de noter que les efforts ont été fournis de la part de la cuisine de SGC ainsi que des locataires. L’activité n’aurait pu être réalisée sans la participation du comité de bénévoles, résidents de SGC. Cette synergie a permis de créer un changement rapide d’habitude auprès des résidents. Une activité subséquente va permettre de constater la progression de ces habitudes plus écoresponsables. Donc, le changement est possible lors d’une prise de conscience.


Pour recevoir en primeur l’intégral du journal et d’autres informations, abonnez-vous à notre infolettre

Les commentaires sont fermés.