L’ozone pour nettoyer l’eau

Par Kamaliddine Mohamed, kamaliddine.mohamed@ecopap.ca

La station d’épuration Jean-R. Marcotte, situé à la pointe de l’île, s’agrandit. Un nouveau chantier va voir le jour pour que 2018 voit l’ouverture d’une unité d’ozonation qui complétera la station d’épuration.

Crédit : Ville de Montréal

Qu’est-ce que l’ozonation?
L’ozone est une molécule chimique de formule O3 exprimant le fait qu’il est constitué de 3 atomes d’oxygène. À température ambiante,  c’est un gaz de couleur bleu pâle et dont l’odeur rappelle celle de l’eau de javel. Elle est toxique si ingérée en trop grande quantité. Elle est très peu stable et devient très facilement du dioxygène (O2). En présence d’eau, la molécule se décompose en émettant une forte chaleur qui peut détruire certains éléments. Le procédé d’ozonation consiste donc à utiliser cette molécule de façon industrielle.

Les applications de ce procédé
Dans la nature, sa présence en forte concentration dans l’atmosphère et sous la forme d’une couche, permet d’éviter le passage des rayons ultraviolets qui contribueraient plus encore au réchauffement de la planète.

Les utilisations des propriétés de l’ozone sont importantes du fait de la quantité de molécules qu’elle est capable de « désintégrer ». Le domaine où cette technique est la plus utilisé est la gestion de l’eau. En effet, le traitement par l’ozone permet de faire disparaître une grande quantité d’éléments tels que les phénols, les pesticides, des composés chimiques d’origine pharmaceutiques, des bactéries, etc… Son potentiel dans le traitement de l’eau est donc très important.

L’unité d’ozonation en complément de la station d’épuration
La station d’épuration Jean-R . Marcotte se dote donc d’une unité d’ozonation. Le procédé est déjà utilisé pour purifier l’eau potable mais cette annexe permettra en plus de traiter plus de liquide renvoyé dans nos milieux naturels. La station traite en moyenne 2,5 millions de m³ d’eau chaque jour et jusqu’à 7 millions lors de gros épisodes pluvieux.  Les essais en laboratoire ont permis de constater que l’eau purifiée par cette technique était plus claire et que les poissons tombaient moins malades.

Les 57 tonnes d’ozone produits par ce nouveau complexe seront précieux pour aider à assainir tout ce liquide. À terme, cette unité devrait être la plus importante au monde.

Crédit : Google Earth

Un désagrément
Ce projet d’une importance capitale pour nos espaces bleus, a pourtant un revers pour celles et ceux qui aiment parcourir notre arrondissement du nord au sud à pied ou à vélo. En effet, la mise en place de cette unité nécessite la fermeture du pont pédestre et cyclable qui relie les deux côtés du Parc nature de la Pointe-aux-Prairies et qui passe au-dessus de l’autoroute 40 vers Maurice-Duplessis. Pour le moment, aucune alternative à ce parcours n’est proposée. Mais nous espérons qu’une solution sera trouvée pour que les amoureux du transport actif et de la nature ne soient pas laissés pour compte par ce projet vert.


Projet de construction d’un poste à 315-25 kV à la station d’épuration des eaux usées Jean-R.-Marcotte par la Ville de Montréal

Le BAPE tiendra une séance d’information le jeudi 16 mars 2017, à compter de 19 h 30, à la Salle Saint-Jacques de l’Hôtel Le Prestige, 12555, rue Sherbrooke Est à Montréal.

L’objet de la séance d’information est de permettre aux citoyens de s’informer sur le projet, la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, le processus de consultation publique ainsi que sur le rôle du BAPE.


Pour recevoir en primeur l’intégral du journal et d’autres informations, abonnez-vous à notre infolettre

Les commentaires sont fermés.