L’incroyable parcours des papillons monarques

Par Virginie Journeau, conseillère horticole. Jardinsskawanoti@ecopap.ca

Qui ne s’émerveille pas devant la beauté des papillons monarques? Ce papillon si commun à notre esprit est pourtant menacé : une équipe de scientifiques recommande qu’elle soit reconnue comme espèce en voie de disparition au Canada. Voici donc un petit résumé de cette espèce emblématique, et quelles sont les actions que nous pouvons poser afin de la sauvegarder. 

 

Source : David Suzuki

Une migration impressionnante

Avant l’hiver, les populations de papillons monarques « disparaissent » du Canada et des États-Unis. Il aura fallu plusieurs années aux scientifiques pour découvrir où se cachaient les milliers, voire les millions, de papillons monarques. C’est finalement dans l’état du Michoacán, au Mexique, dans les montagnes, qu’ils ont découvert ce rassemblement annuel spectaculaire.

Contrairement aux oiseaux, ce ne sont pas les mêmes individus qui effectueront la migration de retour au printemps. En effet, la migration vers le nord donnera naissance à quatre nouvelles générations, dont la dernière, nommée Mathusalem, retournera au mois d’octobre en direction du Mexique.

 Pourquoi ce site précis?

Les forêts d’Oyamels, un conifère de la famille des Pins, se trouvent entre 2 400 et 3 600 mètres d’altitude. Ces forêts sont également composées de cèdres et de chênes. Ici, les papillons monarques trouvent les conditions parfaites :

  • Assez froide pour le processus d’hibernation, mais pas trop froide pour les tuer!
  • Suffisamment chaude pour maintenir l’intégrité, mais pas trop chaud pour amener des mouvements qui entraîneraient une perte d’énergie.
  • Humide pour éviter la dessiccation et les incendies forestiers, mais pas trop humide pour mouiller et rendre impossible le mouvement des ailes.

Relation entre l’asclépiade et la larve du papillon monarque

Source : Floreduquebec.ca

Lors de son cycle de vie, la phase larvaire du papillon monarque est caractérisée par le fait que les larves se nourrissent uniquement d’une plante nommée asclépiade.

La femelle du papillon monarque dépose donc tous ses œufs (300 à 400) à l’endos des feuilles d’asclépiade. Après 3 à 5 jours, la larve blanche, rayée jaune et noir émergera et s’alimentera de la plante d’asclépiade. Cette plante produit un jus laiteux, nommé également latex, qui est en fait toxique. En se nourrissant de cette plante, la larve développe donc une toxicité qu’elle gardera une fois adulte. Les prédateurs potentiels, tels que les oiseaux insectivores, apprendront à bien reconnaître le papillon monarque afin de ne pas s’intoxiquer.

L’asclépiade est une plante vivace, qui préfère les habitats perturbés tels que les bords de route et les bords de champ. Elle est facilement reconnaissable par sa formation de sacs de pollen, nommés également pollinies, qui contiennent le pollen attaché à une soie. Cette soie sera transportée par les pattes des insectes pollinisateurs tels que les guêpes, les abeilles et les papillons, afin de permettre la pollinisation.

Les menaces qui pèsent sur le papillon monarque

En février dernier, j’ai eu la chance de visiter la Réserve de la biosphère des papillons monarques au Mexique, où j’ai observé une forte déforestation dans la région. La destruction de l’aire d’hivernage des papillons monarques a certainement un impact sur les populations de papillon monarque. De plus, aux États-Unis et au Canada, l’utilisation des pesticides — plus précisément le glyphosate — dans les champs de maïs transgénique a un impact négatif sur l’asclépiade. La raréfaction de la plante, unique hôte pour la larve, entraîne une diminution de la population de papillons monarques.

L’effet papillon

Devant le déclin fulgurant des populations de papillons monarques, la Fondation David Suzuki a décidé d’agir par des actions concrètes. La campagne « Effet papillon » vise principalement la plantation d’asclépiades communes. Pour ce faire, ils ont créé une patrouille — dont je fais partie — afin de sensibiliser les gens à la situation actuelle du papillon monarque et à la plantation d’asclépiades communes. Si vous êtes intéressés à joindre le mouvement en plantant de l’asclépiade sur votre terrain, contactez-nous par email ou téléphone. Vous pouvez également consulter le site internet, Effetpapillon.davidsuzuki.org , afin de prendre connaissance du Manifeste et des actions que vous pouvez entreprendre dès maintenant!


Pour recevoir en primeur l’intégral du journal et d’autres informations, abonnez-vous à notre infolettre

Les commentaires sont fermés