Les engrais verts

Même si notre horticultrice encourage fortement de semer des espèces potagères d’automne (légumes-feuilles et légumes racines), il est toujours possible de « fermer » son jardin avec un engrais vert.

Un engrais vert n’est pas synonyme d’engrais naturel, il s’agit en fait d’une plante ou d’une combinaison de plantes utilisées afin d’occuper l’espace au jardin et d’en tirer de nombreux avantages:

  • Éviter l’érosion du sol de votre jardin
    • Le système racinaire des plantes retiendra le sol lors des fortes pluies alors que la partie végétative protégera votre sol contre le soleil et le vent.
  • Empêcher la prolifération des mauvaises herbes
    • Un sol à nu est un endroit idéal pour la germination des plantes indigènes non désirées dans votre jardin.
  • Stimuler l’activité biologique de votre sol
    • La richesse de votre sol vous est offerte par le service gratuit de millions d’organismes vivants qui bénéficient des engrais verts.
  • Enrichir votre sol
    • Les plantes de la famille des Légumineuses rendent l’azote de l’air disponible dans les sols pour la prochaine culture.


Différentes plantes peuvent être utilisées au jardin, les premiers colons engraissaient leur terre avec le sarrasin, l’avoine et le seigle. Ces engrais verts sont encore utiles de nos jours.


Voici les deux sortes d’engrais verts que notre conseillère horticole a eu la chance d’utiliser au cours des dernières années et qui sont disponibles à notre Éco-Boutique.

Avoine et pois:


Vers la mi-août, semer au pied des aubergines et des poivrons un mélange d’avoine et de pois. Ceux-ci vont germer et croître à vitesse égale et lorsque le premier gel aura eu la peau des solanacées, il y aura un beau tapis vert après avoir arraché les plants.

L’avoine est une Graminée (également nommée Poacée) et son système racinaire en profondeur permettra d’aller prélever les éléments nutritifs plus en profondeur. Le pois, quant à lui, appartient à la famille des Légumineuses qui ont la capacité de fixer l’azote atmosphérique, la rendant disponible au sol. Ces deux espèces résistent au gel léger, mais mourront une fois l’hiver bien installé.


Seigle d’automne:


Résistant à nos hivers, le seigle d’automne peut être semé tardivement, jusqu’à la mi-septembre. Son système racinaire fibreux capte l’azote efficacement. À noter cependant que ce système racinaire vous posera quelques problèmes au printemps suivant… En effet, le seigle continuera sa croissance au printemps et il faudra prévoir une manière efficace pour l’enfouir. Certains jardins communautaires possèdent un rotoculteur qui pourrait être utilisé afin d’enfouir cet engrais vert au printemps.

Sinon, la technique consiste à couper avec un coupe-bordure la partie végétative et de travailler les racines avec la fourche. Puis, mettre une bâche noire pendant deux semaines pour accélérer la décomposition. Vers la fin juin, semer les cucurbitacées (concombres, courgettes).

Les commentaires sont fermés.