Le bannissement du sac plastique : une excellente nouvelle pour la nature

 

Depuis le 1er janvier, les sacs plastiques d’emplettes sont bannis des commerces de la Ville de Montréal. Une grande avancée environnementale que l’Éco de la Pointe-aux-Prairies a soutenue depuis plusieurs années!

 

Kamaliddine Mohamed | Chargé de projets

Les commerces de l’arrondissement ont jusqu’au 1er juin 2018 pour écouler leurs stocks. À partir de cette date, la distribution des sacs de plastique de 50 microns et moins sera passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 4000$.1

 

Impacts sur l’environnement

Mais pourquoi le sac de plastique, que le commerçant me fournissait, a un impact négatif pour l’environnement ? Dans un premier temps, ce sac qui est recyclable (#2) se retrouve majoritairement après l’avoir utilisé qu’une seule fois, dans la poubelle. Ainsi, sur les 2 milliards de sacs de plastique utilisés dans la communauté métropolitaine de Montréal, seulement 14% sont récupérés².

Ce sac fabriqué précisément pour être utilisé qu’une seule fois, prend une seconde à fabriquer, est utilisé en moyenne sur une période de 20 minutes et peut prendre jusqu’à 1000 ans à se décomposer. Pour le fabriquer, 4% de la production annuelle mondiale de pétrole est utilisée. Ainsi, le pétrole utilisé pour fabriquer 2 milliards de sacs plastiques équivaut à parcourir 229 millions de kilomètres en voiture3.

Sa légèreté, son faible coût de production et son côté pratique ont permis au sac de plastique d’être répandu partout dans le monde. Son coût d’achat étant beaucoup plus faible que tout autre sac a amené les commerçants à adopter ce matériau pour accommoder leur client lors de leur achat. Toutefois, ces qualités font d’office de défaut lorsque ces sacs se retrouvent en fin de vie. Étant gratuit ces sacs sont pratiquement toujours acceptés chez les commerçants et se retrouvent 20 minutes plus tard dans la poubelle, car ils sont soient inutilisables, car ils sont troués ou bien qu’ils ont déchiré durant leur courte période d’utilisation. De plus, sa légèreté permet au sac de plastique d’être très volatile, ce qui occasionne l’augmentation de sa présence dans la nature due au vent qui le transporte facilement. Il est ainsi l’un des polluants les plus importants dans les plans d’eau. La problématique de cette présence est que les espèces marines et les oiseaux confondent ce sac plastique avec leur nourriture.

C’est pour quoi ce bannissement constitue une belle avancée dans la préservation de l’environnement.

 

Changement d’habitudes

Mais puisque nous devons continuer à faire nos achats, il nous faut trouver des alternatives au sac plastique à usage unique. Le principe des 3R (réduire à la source-réutiliser-recycler) est un bon moyen pour remplacer l’ami encombrant qu’était le sac plastique :

 

  •  D’abord, réduire à la source.

Lorsque vous achetez quelques articles, il n’y a pas forcément besoin d’utiliser de sacs de plastique surtout si vous êtes en auto. Pourtant, près de 90% des clients y prennent un sac de plastique.

Il est montré qu’utiliser des sacs réutilisables est la meilleure solution. Mais pour que l’incidence de ces sacs sur l’environnement soit moindre que celui du sac plastique, il faut les utiliser plusieurs fois selon le modèle de sac réutilisable utilisé d’après une étude réalisée par le CIRAIG un centre d’expertise sur le cycle vie. Par exemple le sac réutilisable en polypropylène, le plus vendu, doit être utilisé au minimum 16 fois pour compenser son impact environnemental4.

 

  • Ensuite, réemployer et recycler

Vous pouvez réutiliser les boîtes de carton que vous avez à la maison pour remplacer le sac plastique. Elles peuvent être gardées dans votre auto ou bien demandez une boîte de carton au lieu du sac en plastique proposé. Ces solutions sont une bonne façon de contourner le sac plastique. En plus, elles sont recyclables. Enfin, pour ce qui concerne le recyclage, certains commerces se sont remis à distribuer des sacs de papier, au prix de 5 ou 10 sous, soit le même prix qu’un sac en plastique. Après son utilisation, il est possible de le mettre soit au bac de recyclage ou de le réutiliser dans son bac de résidus alimentaires.

Pour éviter de se retrouver avec une montagne de sacs réutilisables à la maison, la meilleure solution est de les remettre dans son automobile après les avoir vidés. Ou bien de décider de ne plus utiliser de sac pour faire ses achats…

 

 

Sources :

¹ :  Ville de Montréal
² : Communauté métropolitaine de Montréal 
3
 : Fondation David Suzuki
4 : RECYC-QUÉBEC 
Photo1 : Écopap
Photo 2: Communauté métropolitaine de Montréal
Photo 3 : La Nouvelle Union
Photo 4 : Écopap

Les commentaires sont fermés.